Actualitées
Utilisateurs en ligne
Le Sida en Tunisie : Faible prévalence

Placée cette année sous le signe «Stop au Sida : tenons nos promesses», la Journée mondiale de lutte contre le Sida, célébrée hier, a accaparé l’intérêt des instances nationales et internationales. En Tunisie et en dépit des chiffres officiels rassurants, la situation est inquiétante.

 

 

 

 

 

Comme chaque année, le 1er décembre qui correspond à la journée mondiale de lutte contre le sida, mobilise les différentes structures œuvrant contre ce fléau. La Tunisie a pris part à la célébration de cette journée qui permet à chaque fois de tirer la sonnette d’alarme quant à la propagation de cette infection. Dans nos murs, les statistiques révèlent que 70 nouveaux cas déclarés sont enregistrés chaque année. Cependant, le nombre estimé de Personnes Vivant avec le VIH/Sida (PVVIH), serait de l’ordre de 8 mille 700 personnes. Et ce, d’après le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

 

D’après l’Onusida, le nombre de PVVIH a en effet augmenté dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord pour atteindre 460 mille à la fin de l’année 2006. Quant aux personnes infectées, leur nombre s’est élevé à 68 mille. Il va sans dire que l’épidémie est en train de ravager plusieurs parties du monde et en particulier la région africaine. Au cours de cette année, 33,2 millions de PVVIH ont été recensées à l’échelle internationale, dont 2,5 millions de personnes ayant nouvellement contracté le virus. 2,1 millions d’autres personnes ont succombé au virus. Pour ce qui est de l’Afrique subsaharienne, qui est une zone particulièrement touchée par ce fléau, elle a compté les trois quarts des 3 millions de personnes décédées du Sida en 2007.

 

Depuis 2001, le nombre de PVVIH a augmenté également en Europe Orientale et en Asie Centrale, de 150%. Il est ainsi passé de 630 mille personnes à 1,6 millions. Et ce, d’après les résultats publiés par l’Onusida et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans leur rapport intitulé «le point sur l’épidémie du sida 2007».

 

Il importe de signaler que la nouvelle tendance en matière de contamination révèle que les jeunes et les femmes sont de plus en plus touchés par le VIH/Sida. En effet, les jeunes âgés entre 15 et 24 ans représentent 42% des nouvelles infections et près du tiers des PVVIH.

 

S’agissant des femmes, elles sont aussi de plus en plus affectées par ce virus. En 2004, environ 1,2 million de femmes sont mortes de causes liées au Sida. Plus de 50% des PVVIH adultes, sont ainsi des femmes qui contractent le virus de plus en plus jeunes. En Afrique, les dispensaires prénataux des principales zones urbaines comptent une femme enceinte sur trois touchée par le virus.

 

Afin de financer la lutte, qui reste le meilleur moyen de palier à l’expansion vertigineuse du VIH/Sida, notamment en Afrique et dans les pays en développement, qui sont les plus vulnérables, le Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, a débloqué des budgets en faveur de ces pays, à même de soutenir leurs actions et de permettre la réinsertion sociale des PVVIH. Et la Tunisie de figurer parmi les pays bénéficiaires de ce financement. Actuellement, le suivi de ce projet confié à l’Association Tunisienne de Lutte contre les MST/Sida (ATLM Section-Tunis), est en cours.

 

Avec ce fonds mondial et à

 

l’horizon des 5 prochaines années, 1,8 million de personnes originaires de pays en développement devraient bénéficier de traitement antirétrovial, soit 6 fois plus qu’aujourd’hui. 62 millions vont également profiter de services, de conseils et de tests volontaires pour la prévention du VIH/Sida.

 

Dans ce même contexte, plus d’un million d’orphelins vont bénéficier aussi de services médicaux, d’éducation et de soins communautaires.

 

Ce qui donne du fil à retordre dans nos murs, c’est sans doute l’expansion des comportements à risques, notamment dans le milieu des jeunes. Avec la sexualité précoce doublée d’une ignorance presque totale des moindres réflexes de prévention ou de protection, la tranche d’âge des adolescents est menacée par le Sida, entre autres infections sexuellement transmissibles. Ce qui explique que la plupart des programmes et campagnes de sensibilisation ciblent de plus en plus les jeunes dont la moyenne d’âge des premiers rapports sexuels, est de 17 ans sinon moins.

 

De ce fait, la faible prévalence du Sida en Tunisie n’est que l’arbre qui cache la forêt. Car, ces chiffres prennent en considération les cas déclarés. Or, nombreuses seraient les personnes atteintes du virus sans pour autant le savoir à défaut d’une analyse sanguine conséquente. Surtout que la sérologie positive qui peut se prolonger des années durant, ne présente pas de symptômes. Cette situation confortable jusqu’alors risque de se renverser en faveur d’une véritable catastrophe à cause de la sexualité d’autant plus précoce qu’irresponsable. Un constat à même d’inquiéter les spécialistes en la matière qui n’ont jamais cessé de répéter qu’il faudrait focaliser davantage d’efforts sur la sexualité et la santé reproductive des jeunes en vue de créer une certaine culture de prévention en la matière.

Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation postée.

Sondage des Membres
Boite de dialogue
 
Login

Utilisateur

Mot de passe



Pas encore membre ?
Cliquez ici pour vous inscrire.

Mot de passe oublié ?
Demandez-en un autre en cliquant ici.
Utilisateurs en ligne

Invités en ligne 1
Membres en ligne
Membres enregistrés 125
Membre le plus récent : JimBrewerrb
Sujets Forum

Nouveaux Sujets
· Sida en Tunisie
· pr?servatif
· proposer des activit...
· activit?s de sensibi...
· bizzares
Sujets Actifs
·proposer des acti... [22]
·pr?servatif [10]
·bizzares [6]
·Sida en Tunisie [2]
·importance de la ... [2]